Préconception – Comment favoriser la fertilité chez l’homme ?

Voici quelques points pour les hommes qui souhaitent soutenir leur fertilité, améliorer les chances de fécondation, diminuer la prévalence de fausse-couche et améliorer leur santé de manière générale.

 

Stress oxydatif

Le stress oxydatif a un impact direct sur la qualité des spermatozoïdes. Il est créé par une carence en antioxydants, un excès de radicaux libres, ou les deux.  

 

Les mitochondries

Les mitochondries sont les petites centrales énergétiques de nos cellules. Afin de parvenir au but de leur course, les spermatozoïdes en contiennent énormément ! De par cette teneur importante en mitochondries, les spermatozoïdes sont très vulnérables aux radicaux libres. Le stress oxydatif chez l’homme sera à l’origine de :

  • une altération de la morphologie et mobilité des spermatozoïdes
  • un risque augmenté de mutations génétiques de l’embryon
  • un risque augmenté de fausse-couches (via l’oxydation du matériel génétique)

Les sources exogènes des radicaux libres sont les suivantes :

  • Les rayons UV, les radiations ionisantes
  • Cigarette, pollution de l’air
  • Certains médicaments, certains produits ménagers
  • L’alcool et les toxines alimentaires

Chez l’homme, un contact régulier et prolongé avec une source de chaleur au niveau du bas ventre peut également dégrader la qualité du sperme via du stress oxydatif. On pense notamment aux hommes qui travaillent à proximité de sources de chaleur (four, machines), ou alors sédentaires (assis toute la journée) : ça chauffe ! De même, les sports intenses peuvent également générer beaucoup de radicaux libres.

Les sources endogènes de radicaux libres sont les suivantes :

  • La détoxication hépatique (voir l’article sur les nausées)
  • Le système immunitaire (lors d’une inflammation aiguë ou chronique)
  • Les mitochondries (lorsqu’elles manquent de nutriments indispensables, on dit qu’elles « souffrent ». Au lieu de générer une bonne énergie, elles relâchent des radicaux libres, c’est un cercle vicieux).

 

Comment évaluer la présence de stress oxydatif ?

Plusieurs laboratoires spécialisés (en Suisse Romande, il y a Dr Risch, MGD et Unilabs) proposent des analyses type LDL oxydés ou anticorps anti-LDL oxydés, 8-OHDG urinaire, ou des dosages de GPX ou SOD (enzymes antioxydantes).

 

Comment soutenir la fonction mitochondriale pour prévenir le stress oxydatif chez l’homme ?

Adopter une alimentation riche en antioxydants :

Antioxydants

Sources alimentaires

Caroténoïdes (pro-Vitamine A)

Carottes, abricots, mangue, tomates, pastèque, maïs, épinards

Vitamine A (rétinol)

Foie de morue / bœuf / veau / volaille

Autres abats, beurre

Vitamine E

Oléagineux

Vitamine C

Fruits et légumes crus (elle se dégrade à 60°)

Sélénium

Noix du brésil, huîtres, abats, sardines

Zinc

Huîtres, abats, fruits de mer, oléagineux, céréales complètes

Polyphénols

Curcuma, gingembre, cannelle, vin rouge(resvératrol), chocolat noir, fruits et légumes colorés, baies, thé vert, café, herbes aromatiques

 

Complémentation

Si le stress oxydatif a été mis en évidence par analyses de laboratoire, il est également possible de se supplémenter avec un complément alimentaire riche en antioxydants. Ce dernier peut contenir vitamines, sélénium, zinc, glutathion, n-acétylcistéine, acide alpha-lipoïque, coenzyme Q10, et autres molécules extraites de plantes. Il pourra être intéressant de choisir également un complément contenant les nutriments mitochondriaux. Chez Metagenics, le complément « Mitochondryn » est très bien dosé.

 

L-carnitine

La L-carnitine est un acide aminé qui joue un rôle clé dans le fonctionnement de la mitochondrie. 25% est issu de synthèse endogène, et 75% de son apport est prodigué par les protéines animales, en particulier la viande rouge. Chez l’homme en préconception, cet acide aminé permet d’optimiser la fertilité. Le dosage à 2g/j dans cette période est recommandé.

 

Méthylation

Comme mentionné au préalable, le matériel génétique de l’homme a également son rôle à jouer dans le déroulement de la grossesse, surtout concernant les problématiques de mutations, fausses couches ou encore de spina bifida (la raison pour laquelle toutes les femmes reçoivent de l’acide folique…).

Il est donc important de veiller à ce que l’homme, également, ait un bon dosage de folates (vitamine B9). Or environ 1/3 de la population ne convertit pas l’acide folique / les folates en version « active » (par défaut d’enzyme MTHFR), et le processus de méthylation ne peut se faire correctement. Il est donc important de se supplémenter (homme et femme bien sûr) en folates version « méthylée » (methylfolate). Je fais systématiquement doser l’homocystéine (elle doit être au maximum à 7 µmol/l) chez les hommes en préconception, afin d’évaluer l’efficacité de leur enzyme MTHFR.

 

Oméga-3

Ces acides gras (EPA et DHA) sont spécialement intéressants en préconception chez l’homme :

  • Ils améliorent la fluidité des membranes des spermatozoïdes
  • Ils améliorent la morphologie des spermatozoïdes
  • Ils participent au bon fonctionnement des mitochondries
  • Ils sont anti-inflammatoires

Sources d’omégas-3 « actifs » :

  • Sardines
  • Maquereaux
  • Harengs
  • Autres petits poissons de mers froides.

Les huiles de lin, chanvre et cameline (ne pas chauffer et conserver au frigo) sont riches en omégas-3 végétaux, mais ils ont besoin d’une conversion efficace en forme « active » (EPA et DHA), qui requiert un bon fonctionnement d’une enzyme de conversion (la delta-6-désaturase)ce qui est malheureusement rare chez les humains. Je recommande régulièrement l’utilisation d’huile de poisson en gélule (de bonne qualité), en complément à une alimentation riche en oméga-3.

On peut connaître facilement son taux d’omégas-3 en dosant ses acides gras érythrocytaires (en laboratoire spécialisé).

 

Zinc

Le zinc est un micronutriment essentiel à la synthèse de spermatozoïdes, mais également à la synthèse de testostérone. Il est donc essentiel en préconception, et sa carence est fréquente.

Sources de zinc :

  • Les huitres
  • Les crustacés  
  • La viande rouge, le foie
  • Les œufs
  • Les oléagineux
  • Les céréales complètes, les légumineuses

Il est possible de doser le zinc dans le sang pour s’assurer d’avoir un taux suffisant. La complémentation en bysglycinate de zinc peut également être une aide.

 

Résistance à l’insuline

On sait que la résistance à l’insuline chez l’homme pourrait augmenter de 15% les problèmes de fertilité du couple. L’hyperinsulinémie pourra aussi être source d’oxydation. Un dosage sanguin très intéressant pour repérer cette résistance à l’insuline s’appelle le HOMA, qui met en rapport la glycémie et l’insuline à jeun. Au-de de 1,5, il y a déjà une résistance à l’insuline.

Les axes à considérer pour diminuer la RI (voir article consacré au thème) :

  • Une alimentation à IG bas
  • Un exercice physique régulier
  • Un sommeil régulier et de qualité
  • Une diminution du stress perçu
Avatar photo
Solange Raviglione

Naturopathie - Médecine fonctionnelle et nutritionnelle - Massages

Solange est naturopathe spécialisée en fertilité du couple et troubles hormonaux féminins. Ses outils sont l'alimentation, la micronutrition et la phytothérapie. Elle propose un bilan complet (anamnèse + bilans sanguins et urinaires) afin de déceler des déséquilibres nutritionnels ou liés au microbiote intestinal. Son but est de comprendre la cause des déséquilibres afin de les résoudre

Aucun commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail n'est pas publiée

Votre recherche