Lâcher-prise avant, pendant et après la grossesse

 

Le lâcher-prise, bah en voilà un nouveau mot valise, qui intègre tout et rien en même temps !

Au boulot, on vous parle de lâcher-prise, au yoga, en famille, à l’école, aux cours d’accouchement, … Mais c’est quoi en fait le lâcher-prise ?!

Le lâcher-prise c’est avoir la capacité de se foutre la paix ! Cette capacité de changer de lunettes pour vivre le moment tel qui est, sans essayer de le changer.

 AVANT

Vous avez certainement déjà entendu ces jolies phrases :

  • 30 ans et toujours pas de bébé ! vous avez perdu le mode d’emploi ?
  • Tu savais que Jacqueline est enceinte ? déjà son troisième… et vous c’est pour quand ?
  • Ah Josiane ! J’ai de gros projets professionnels pour vous, vous ne prévoyez pas de me faire un coup dans le dos prochainement ?
  • « Je voulais vous annoncer… » « Nan ça y est ?! tu es enfin enceinte ?! » « Euh non… J’ai juste eu une promotion ».

Bref vous voyez où je veux en venir ! Dans un premier temps, on respire, on prend une profonde inspiration (on respire par le ventre), puis une deuxième et une troisième. (Non vous n’allez pas les frapper !).

Après, on prend les gens là où ils sont, c’est-à-dire qu’on accepte leur point de vue tout en gardant en tête notre propre objectif… n’oubliez jamais que les personnes autour de vous ont leurs propres blessures et que c’est souvent elles qui parlent.

Soyez douce avec vous-même, prenez du temps pour vous, prenez vos douches en pleine conscience, ressentez les bienfaits de l’eau sur vous. Relaxez vous en pratiquant la respiration apaisante, on inspire sur trois temps et on expire sur 6.

 PENDANT

Alors pendant la grossesse, des phrases assassines, on en entend tous les jours !

  • Tu savais qu’à mon accouchement, le petit était en siège… (je vous passe les détails)
  • J’espère que tu auras un garçon, c’est si difficile d’élever une fille aujourd’hui
  • J’espère que tu auras une fille, c’est si difficile d’élever un garçon aujourd’hui
  • Sinon avec ton mari, ça va ?

Encore une fois, on respire. Et on prend les gens là où ils sont !

Profitez pour faire des méditations de pleine conscience et entrez en communication avec votre bébé !

 Profitez de ces moments si particuliers quant vous le sentez bouger, ne vous projetez pas trop, l’avenir peut parfois être anxiogène. L’instant présent est le seul moment sur lequel vous pouvez agir… et neuf mois passent trèèèèèès vite, profitez de cette fusion avec bébé.

APRÈS

  • Tu dois le coucher sur le ventre
  • Sur le dos
  • Sur le côté
  • Avec de la lumière
  • Sans lumière
  • Donne-lui une tétine
  • Surtout pas de tétine
  • Laisse-le pleurer, ça lui fera les poumons

STOP !!!! vous êtes, avec Papa, les meilleurs parents dont votre enfant a besoin ! Vous savez ce dont il à besoin, et il a surtout besoin d’une maman détendue et disponible pour lui.

Profitez de mettre de la musique douce, lorsque bébé est dans vos bras. Passez votre corps au bodyscan*pour observer vos tensions et les dissoudre.

Et n’oubliez pas, chaque jour, de vous demander comment VOUS allez ?!  Et FOUTEZ VOUS LA PAIX !!!!!!!!

(Il existe pléthore d’autres techniques, ceci n’est qu’un échantillon !)

*le bodyscan : passez chaque partie de votre corps mentalement en tête, en partant de la tête vers les pieds, et observe si vous trouvez des tensions, des douleurs, acceptez-les, et elles disparaitront.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]
Séverine Dreyer

Française vivant en Suisse depuis 5 ans. Mariée à un Suisse-Allemand. J’ai deux enfants de 14 et 11 ans (un est TDAH et l’autre est hypersensible). Agent de voyage de formation de base, j’ai un jour eu envie de donner plus de sens à ma vie, j’ai donc fait une formation de Naturopathe. Profondément Jungienne, j’aime l’idée que les maux du corps sont les mots de l’esprit. J’ai ensuite plongé dans la gestion du stress. Aujourd’hui je suis donc relaxologue et pédorelaxologue. J’ai différentes formations dont aromathérapeute, thérapeute en thérapie cognitivo-comportementale, coach de mindfulness, et je termine un module de psycho sur la psychosomatique (en lien direct avec le stress). Je suis également accompagnatrice de personne en situation de deuil (toute perte confondue, boulot, relation…).

Aucun commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail n'est pas publiée

Votre recherche