Les lochies

Stigmatisée par la société et considérée comme impure et même pathologique selon les croyances dans l’histoire de la médecine, la fonction des règles a été découverte sur le tard . C’est seulement fin des années 1900 que l’on commence à comprendre l’ovulation et qu’on lui attribue un rôle dans l’apparition des règles.

À l’heure actuelle, les femmes du monde entier subissent encore des discriminations qui entravent leur accès aux produits d’hygiène, à l’information et aux soins. Alors imaginez que vous découvriez qu’après votre accouchement, vous saigner sur plusieurs semaines sans que l’on vous ait prévenu et que personne ne vous ait dit que c’était normal !

De plus, les études actuelles démontrent l’importance de la prévention par l’information pendant la période postnatale, tant auprès des femmes enceinte qu’auprès du père ou de la famille, afin d’apporter le soutien spécifique nécessaire et guider cette population à trouver les bonnes ressources.

Plus précisément, l’OMS recommande que les soins de santé prénatals et postnatals soient individualisés, centrés sur la famille, multidisciplinaires, holistiques et culturellement appropriés.

Alors dans cet article, nous aborderons le thème des lochies, ces pertes sanguines spécifiques à la maternité ; leur processus, ce à quoi il faut faire attention et comment prendre soin de soi durant cette période.

Pourquoi Lochies et pas règles post-partum ?

On les nomme ainsi car ces saignements normaux et nécessaires,  sont différentes des règles ou autres pertes vaginales car elles ne se composent pas que de sang.  Elles indiquent le début de la cicatrisation de la plaie laissée par le placenta après l’accouchement par voie basse ou par césarienne.

Le quantité de lochies peut vraiment être impressionnante, surtout si vous avez habituellement un flux léger. Au début, il se peut que vous deviez changer de protection hygiénique toutes les 3-4h.

On peut classer les lochies en 3 grandes étapes, avant qu’elles ne se stop ( il s’agit ensuite du retour de couche). Le nombre de jour peut et va certainement varier d’une femme et d’une situation à une autre. Ici, on souhaite donner une idée de ce que cela représente et ce à quoi une femme peut faire face durant son post partum.

La première étape dure environ 4 jours, elles sont très rouges et ressemblent aux règles. Ces lochies peuvent contenir des membranes foetales, comme des fragments comparables à des petits caillots,  du vernix (c’est la petite “crème” blanche présente sur le bébé à la naissance et parfois du lanugo (un duvet de poils parfois présent en plus ou moins grande quantité sur le corps du nourrisson).

 

Deuxième étape, les lochies s’éclaircissent, elles deviennent brunâtre ou rosée. Elles contiennent des micro-organismes et moins de sang frais. Attention, elles ne doivent pas sentir mauvais! si c’est le cas, consultez votre sage-femme ou votre gynécologue immédiatement.

Si les lochies ne diminuent pas au fil des jours ou vont plutôt en augmentant et sont composées de sang frais, cela peut se traduire par une possible hémorragie tardive du postpartum. Là, il est impératif de contacter son gynécologue ou de te rendre à la maternité dans les plus bref délais.

Enfin, la dernière phase; les lochies sont jaune, blanchâtres. elles contiennent entre autres du mucus. Cette dernière étape peut durer jusqu’à 10 jours environs. En général, les lochies peuvent durer entre 2 à 6 semaines après l’accouchement.

Elles surviennent dès la sortie du placenta et peuvent être un peu plus abondante dans différents contextes tel que : au moment du contrôle de votre utérus par la sage-femme, lorsque vous allaité par la contraction de l’utérus ou après être restée allongée toute la nuit, le sang s’accumule en se coagulant et au moment de se lever (aux toilettes par exemple) une grosse quantité s’évacue. L’important est de toujours rester attentive à l’évolution en observant régulièrement ses pertes.

Comment puis- je prendre soin de ma zone intime durant cette période ?

Il est très important de ne jamais faire de douche vaginale. Que cela soit d’ailleurs à n’importe quelle étape de votre vie. La flore vaginale possède un équilibre fragile et d’autant plus après un accouchement, il n’est donc pas nécessaire d’embêter votre vagin d’avantage!

Pour bien rincer la zone au quotidien, faites couler de l’eau sur votre vulve ou utilisez le Périspray lorsque vous êtes aux toilettes, surtout si vous souffrez de points de suture. De cette manière, cela va permettre au sang coagulé et à l’urine de s’éliminer en douceur, sans avoir besoin de frotter ou d’essuyer. Il suffit de tamponner la zone pour la sécher correctement.

Les bains de siège à base de camomille et de fleurs de mauve peuvent aussi contribuer à nettoyer et prendre soin de sa zone intime. Cependant chaque situation est différente, pensez à en parler à votre sage-femme qui vous conseillera selon vos besoins.

Utilisez de préférence des serviettes hygiéniques en coton bio que l’on trouve en pharmacie par exemple, ou mieux, des culottes menstruelles adaptées à un flux abondant. Misez sur le confort et la qualité des produits que vous mettez en contact avec votre vulve.

Enfin, ce qu’il faut retenir et qui doit vous alerter :

  • Les lochies doivent aller en diminuant, si le sang frais persiste, consultez rapidement.
  • Si vous observez des caillots de sang de la même taille qu’une demi balle de ping pong ( ou plus qu’une pièce de 5chf pour les lectrices suisses) , signalez- le à votre sage-femme ou à votre gynécologue rapidement.
  • Enfin, si vous avez de la fièvre, que les pertes changent de couleur (verdâtre) et ne sentent pas comme d’habitude, consultez rapidement!

En cas de doute, de questions ou de quoi que ce soit d’autre qui vous inquiète, parlez-en!


Source

Jean-Yves LE NAOUR et Catherine VALENTI, « Du sang et des femmes. Histoire médicale de la menstruation à la Belle Époque », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 14 | 2001, mis en ligne le 03 juillet 2006, consulté le 26 février 2022

Schlaff RA, Baruth M, LaFramboise FC. Preparing for postpartum: health care provider discussions and predictors of patient satisfaction. Women Health. 2021 Apr;61(4):345-354. doi: 10.1080/03630242.2021.1892902. Epub 2021 Mar 1. PMID: 33648432.

Suto M, Takehara K, Yamane Y, Ota E. Effects of prenatal childbirth education for partners of pregnant women on paternal postnatal mental health and couple relationship: A systematic review. J Affect Disord. 2017 Mar 1;210:115-121. doi: 10.1016/j.jad.2016.12.025. Epub 2016 Dec 20. PMID: 28024222.

Avatar photo
Koraline

Sage-femme et infirmière spécialisée

Je suis sage-femme et infirmière spécialisée diplômée en Suisse, je travaille dans la plus grande maternité de Suisse Romande. J’ai l’opportunité d’accompagner et de rencontrer tous les jours des femmes, des couples tout aussi incroyables que différents les uns des autres. Mais je me suis vite rendu compte que des tabous, des problématique urgentes demeuraient.

Aucun commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail n'est pas publiée

Votre recherche