Comment approcher l’allaitement avant et durant les premiers jours de bébé

Comment les futures mères peuvent-elles se préparer pour l’allaitement, physiquement et mentalement? Quels sont les outils qu’elles peuvent mettre en place pour un allaitement à succès?

Si la femme veut allaiter, il n’y a pas de préparation particulière pendant la grossesse, ni des seins, ni des mamelons.

Par contre, cela vaut la peine de se renseigner un minimum sur ce qu’est l’allaitement maternel et ce que cela implique : le rythme du bébé, le fait qu’il y ait des tétées « nutritives » et d’autres pour se sentir en sécurité, s’endormir… Parfois l’allaitement maternel peut être compliqué à mettre en place les 2-3 premières semaines. En être consciente et être bien entourée (réseau de professionnels compétents pour l’allaitement maternel, conjoint/famille/amis, présents pour les tâches quotidiennes si besoin, etc), permet de passer ce cap difficile, poursuivre son projet, pour en profiter ensuite.
il existe des sites internet, des livres, des cours de préparation à l’allaitement, des sages-femmes ou des consultantes en lactation IBCLC qui peuvent répondre à vos questions, ainsi que des groupes de soutien à l’allaitement, comme la Leche League par exemple. Renseignez-vous pendant la grossesse.

Contrairement à ce que pensent de nombreuses femmes enceinte, l’allaitement maternel n’est pas toujours aussi « instinctif » que ce que l’on peut penser. Accoucher, devenir mère, s’occuper de son bébé, est un tel chamboulement, cela peut être difficile d’intégrer des nouvelles informations à ce moment-là.

Pour en savoir plus, vous pouvez vous rendre sur le site de la Promotion de l’allaitement maternel Suisse, celui des consultantes en lactation Suisses (stillen.ch) ou de la Leche League Suisse ou France (lllfrance.org),
Ou lire quelques bandes dessinées :

  • « Nouveaux horizons », Kati Rickenbach
  • « Manuel très illustré de l’allaitement », Caroline Guillot

Et si vous aimeriez avoir beaucoup plus de détails :
« Ma bible de l’allaitement » de Véronique Darmangeat

Pour certaines mères, l’allaitement de leur premier enfant s’est mal passé. Que peuvent-elles mettre en place si elles désirent allaiter leur deuxième enfant ?

Je leur proposerai de prendre rendez-vous avec une consultante en lactation IBCLC proche de chez elle (allaiterenromandie.ch) pour discuter de cet allaitement maternel et comprendre pourquoi cela n’a pas fonctionné.

Cela permet aussi d’avoir un premier contact ensemble et pouvoir l’appeler après la naissance pour faire le point si besoin, ou essayer de trouver rapidement des solutions en cas de difficultés. Se constituer un réseau de professionnels en qui on a confiance est essentiel, en cas de difficulté, c’est toujours plus facile et rapide d’appeler le professionnel qui peut vous aider lorsqu’on a déjà eu un contact. Vous avez le droit de demander un 2e avis. Les professionnels n’ont pas toutes les mêmes formations, les mêmes expériences et le même sens de l’observation.

Le tire-lait: est ce qu’il faut s’en procurer un avant la naissance? Lequel? Quand est-ce qu’il est recommandé de commencer à l’utiliser?

Le tire-lait s’utilise en général, lorsque l’allaitement est bien en place en cas d’absence de la maman, ou plus vite en cas de difficulté (baisse de lactation par exemple).
Il existe 3 sortes de tire-lait :

  • Le tire-lait électrique « double pompage », c’est un gros tire-lait très puissant. Il s’utilise pour lancer ou relancer la lactation, en cas de difficultés (bébé hospitalisé, absence de montée de lait, etc). Il se loue à la pharmacie et la location est remboursée en partie par l’assurance de base.
  • Le tire-lait électrique classique, avec 1 ou 2 set(s) pour tirer le lait. Ce tire-lait est plus petit et moins lourd. Plus facilement transportable, il est assez efficace pour tirer le lait au moment de la reprise du travail par exemple.
  • Le tire lait manuel : il est à utiliser de manière ponctuelle car il « draine » le sein mais le stimule peu.

Si vous devez acheter un tire-lait, il faut 2 fonctions présentes : le réglage du vacum et pouvoir relancer le mode stimulation. Il est également impératif d’avoir une taille de set de tire-lait adapté à la taille de votre mamelon. Pendant la séance de tire-lait, votre mamelon doit être étiré mais pas l’aréole, et il ne doit pas être comprimé. La taille standard ne sera pas forcément votre taille. La taille de votre mamelon évoluera également pendant votre allaitement.

Les assurances prennent en charge une partie de l’achat du tire-lait sur présentation de la facture.

Attendez d’allaiter et de savoir ce dont vous avez besoin pour acheter un tire-lait. La plupart du temps, les femmes qui ont besoin d’un tire-lait les premières semaines, vont avoir besoin d’un tire-lait puissant qui se louera en pharmacie… donc pas d’urgence.

Alimentation et allaitement : Pouvez-vous donner quelques recommandations ? Est-ce que les jeunes mamans peuvent manger et boire de tout ? Que faire pour faire juste ?

OUI, il n’y a plus de restriction alimentaire avec l’allaitement maternel. Vous pouvez manger de tout, et faites-vous plaisir surtout, c’est bon pour l’allaitement. Si vous le pouvez, manger varié et plusieurs fois par jour. Evitez de sauter des repas. Le lait maternel est une des priorités de votre corps. Celui-ci puisera tout ce dont il a besoin dans vos réserves pour que la composition de votre lait soit optimale. N’hésitez donc pas à poursuivre la prise de vitamines « grossesse et allaitement » et manger de tout.
En médecine chinoise et en naturopathie, il est recommandé de manger « chaud » (soupe, bouillon, gingembre…) plutôt que froid (eau fraiche, crudités, glaces…) pour redonner de l’énergie à votre corps à court et long terme.

Tous les aliments qui ont la réputation de donner des gaz au bébé n’ont pas besoin d’être supprimés. Il faut le faire au cas par cas sur une petite période test, si votre bébé a ce genre de problème. Discutez-en avec un professionnel bien avisé sur ces questions.
Le persil, la menthe et la sauge ont la réputation de diminuer la lactation, mais il faut en manger ou en boire beaucoup sur plusieurs jours pour avoir ces effets.
L’alcool est évidemment à éviter, surtout lorsque le bébé est petit et tète très souvent. Une règle est simple : le taux d’alcool dans le sang est le même que dans le lait.
ET… boire à sa soif suffit ! pas besoin de boire des litres de tisanes d’allaitement, d’eau ou de bouillon, surtout si vous n’aimez pas le goût ou si vous n’avez plus soif… c’est contre-productif.

Quels sont les premiers signes que les mamans doivent-elles observer dans les premiers jours d’allaitement qui indiquent un potentiel problème chez le bébé? Et chez elle?

  • La douleur pendant la tétée : l’allaitement maternel ne fait pas mal
  • L’apparition de crevasses et/ou des crevasses qui ne sont pas guéries après 10 jours
  • Si leur bébé s’énerve pour prendre le sein, et/ou s’endort dès qu’il a le mamelon dans la bouche
  • Un bébé qui téte moins de 6 fois/24h
  • Un bébé qui perd du poids et/ou qui n’en reprend pas après 3 jours de vie
  • Ou tout autres signes qui met en doute la maman

Dans ces situations, une sage-femme ou une consultante en lactation devrait observer une tétée du début à la fin et vous proposer des astuces pour vous aider et/ou aider votre bébé. Si ce n’est pas le cas ou si cela ne fonctionne pas, demandez rapidement un 2e avis.

Lolette et allaitement : on nous parle de potentiels risques pour les premiers jours. Mais quels sont ces risques et existent-ils vraiment ?

OUI, ces risques existent, surtout lorsque l’allaitement est difficile à mettre en place (voir les exemples dans la réponse précédente). Si c’est le cas, le bébé a certainement des difficultés à téter correctement et efficacement. La tétine (lolette et tétine de biberon) renforce ces schémas de succion, c’est ce que l’on appelle « confusion sein-tétine » sur les réseaux sociaux.

La lolette pose également 2 autres problèmes :

  • si elle est donnée entre 2 tétées les premières semaines de l’allaitement, à la place d’une tétée, certaines tétées vont être supprimées en 24h, donc il y aura moins de stimulation, une baisse de lactation et un effet sur le poids du bébé
  • si le bébé dort avec sa lolette, lorsqu’il l’a perd ou s’il l’a garde, il dormira avec la bouche ouverte et aura une respiration buccale. Normalement, bébé-enfant-adulte, nous dormons tous avec la bouche fermée et la langue contre le palais, cela nous permet de nous permet de respirer par le nez, de nous détendre, permettre à la bouche et au palais de grandir…

En conclusion : plus vous donnez une lolette tard, surtout si votre lactation est bien établie et que vous êtes sûre que votre bébé a une succion efficace qui n’est plus douloureuse, mieux c’est.

Pour en savoir plus : Stillförderung Schweiz – Sucettes

Un nouveau-né a tendance à avoir besoin de beaucoup d’heures de sommeil, et peut même sauter des repas, doit-on le réveiller si on allaite?

Voici quelques petits repères pour répondre vous-même à la question, en fonction de votre bébé :

  • Jusqu’à 2 mois environ, un bébé devrait téter au moins 6 fois/24h
  • Le premier mois, il peut faire UNE pause de 6h/24h
  • Les horaires de tétées peuvent être complétement aléatoires
  • Il y a souvent des tétées très rapprochées de 17h à 1h du matin, et moins de tétées en début de matinée ou d’après-midi. Chaque bébé aura un rythme propre et différent d’un jour à l’autre
  • La durée de tétée varie d’un enfant à l’autre et de votre lactation. Le principal est de l’entendre très souvent l’entendre déglutir. D’ailleurs, il n’y a pas besoin de laisser le bébé téter 15 mn chaque sein : changez-le de sein lorsqu’il le lâche, s’endort, s’énerve ou ne déglutit plus… la tétée sera plus efficace, moins longue et votre bébé sera moins fatigué.

Evidemment, si votre bébé prend peu de poids, les règles seront différentes

Comment aborder une perte de poids excessive du nouveau-né allaité et quand est ce qu’il faut commencer à s’en inquiéter?

Voici quelques repères, mais se sont des signes tardifs et votre bébé ne devrait jamais avoir ces signes :

  • Votre bébé dort beaucoup, a des difficultés à se réveiller, s’endort rapidement au sein
  • Votre bébé devient plus chaud, il n’urine pas ou très peu, il n’a pas ou peu évacué son méconium (1eres selles)
  • Vous ne ressentez pas de modification dans vos seins, pas de montées de lait

MAIS, avant l’apparition de ces signes, si à 3-4 jours maximum, votre bébé ne reprend pas un petit peu de poids (20g/ jour minimum), faites le maximum pour lancer votre lactation, plus vous vous y prenez tôt, moins il y aura de conséquences sur votre lactation et votre bébé :

  • tirez votre lait à la main ou au tire-lait, gardez votre bébé sur vous le plus longtemps possible et allaitez-le dès qu’il commence à bouger même s’il dort, faites-lui couler régulièrement du colostrum dans la bouche, prenez rapidement rendez-vous avec un thérapeute manuel pour vérifier sa succion, etc.
  • faites-vous accompagner de manière intensive par une sage-femme compétente en allaitement et/ou par une consultante en lactation.

Notre nouveau-né refuse le sein, jusqu’à quand la jeune mère doit continuer à essayer? Est-ce possible de combiner l’alimentation afin de prolonger les chances de succès?

Il est difficile de répondre à cette question car chaque situation est différente. Là aussi, prenez contact avec une consultante en lactation IBCLC car elle sera spécialement formée pour vous accompagner.

Par contre, dans cette situation, il est très important de tout favoriser pour que le bébé retrouve le chemin du sein : faire du peau à peau, porter son bébé 24h/24 sa tête SUR le sein, le laisser le lècher, l’encourager, lui proposer le sein dès qu’il fait des mouvements de succion, même s’il dort, lui faire revivre sa naissance, verifier les tensions auprès d’un thérapeute manuel….

Recommandez-vous certains compléments alimentaires, tisanes ou autre pouvant favoriser la lactation ?

L’idéal est que chaque femme trouve ce qui lui convienne et qui fonctionne chez elle. Certaines femmes me disent que le cumin les aide beaucoup, d’autres, les noix de cajou, et encore d’autres les champignons ou l’acupuncture. Nous réagissons toutes différemment.
Par contre, tous ces galactologues n’auront aucun ou quasiment aucun effet, s’ils ne vous procurent pas de plaisir, et SURTOUT si le bébé ne tète pas correctement et que la stimulation des seins n’est pas efficace ou suffisamment fréquente (minimum 6 fois dont au moins 1 tétée entre 0h et 6h)

Avatar photo
Julie Champenois Wittlin

Infirmière indépendante spécialisée en pédiatrie

Je suis infirmière, diplômée en 2000. J’ai suivi une formation de puéricultrice en France puis de consultante en lactation IBCLC en Suisse. J'ai ensuite obtenu un diplôme universitaire (DIU) sur "les troubles de l'oralité alimentaire de l'enfant" et un sur "la nutrition et obésité de l'enfant", puis de consultante en sommeil 1001 dodos et de monitrice de la méthode "MAMA". Je suis accompagnante BN, « Biological Nuturing » avec Suzanne Colson. J'ai suivi la formation sur "les freins restrictifs buccaux" avec Caroline De Ville et obtenu mon diplôme en 2021. Je travaille depuis bientôt 20 ans auprès de l’enfant et ses parents, à l’hôpital, en crèche, à domicile et en maison de naissance. Mon expérience professionnelle et mes différentes formations me permettent d’accompagner les parents et leur(s) enfant(s), dans la bienveillance, en fonction de leurs besoins, particulièrement pendant la période de la petite enfance.

Aucun commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail n'est pas publiée

Votre recherche